Princesse Lissa Capulet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Princesse Lissa Capulet

Message par Lissa Capulet le Sam 20 Mai - 19:09



   
LE PERSONNAGE.

   

    • PRÉNOM : Lissa Capulet
    • SEXE : Feminin
    • ÂGE : 25 ans
    • RACE : Humaine
    • MÉTIER: Princesse
    • GUILDE : Capulet
    • CITÉE : Ovanya
    • ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
    • AVATAR : Inconnue - Deviantart



   
LES DESCRIPTIONS.


    CARACTÈRE
   
Peut-on vraiment réussir à décrire à la perfection le caractère d’une personne ? Je ne pense pas. Il y a toujours une part de ténèbres qui rode à l’intérieur de nous, une part de notre âme qui est impossible de divulguer aux autres. Il est impossible de prédire si cette part d’ombre ne prendra pas le dessus sur le côté de lumière. C’est pour cela que même en décrivant mon caractère, personne ne connaîtra jamais tout sur moi. Quelque part, cette pensée à une part de réconfort. Savoir qu’il reste une part de mystère lorsque tu te trouves avec quelqu’un, savoir qu’il faudra apprendre à découvrir cette personne petit à petit me réconforte. Bien sûr en tant que dernière descendante des capulets je me retrouve princesse. Je me dois donc d’avoir une nature calme, gentille et souriante lorsque je parle à mon peuple. Pourtant, il y a cette part d’ombre en moi qui réclame vengeance. Vengeance pour ma famille injustement assassiné. Une famille détruite à jamais, une famille séparé jusqu’à la mort laissant seulement une personne brisé à jamais. Je sourie, mais au fond de moi il m’arrive d’avoir des élan de colère, de vouloir tout détruire autour de moi et de vouloir faire couler le sang.  Je suis plutôt de nature impulsive et très têtue. Lorsque je décide quelque chose, il est rare que je lâche mon idée. Mon petit côté rebelle, celui qui cause tant de soucis à mes gardes, fait que j’adore m’évader du château afin de pouvoir me retrouver dans un endroit calme tel que la mer. Sentir l’eau fraîche venir chatouiller mes pieds doucement est une sensation qui me procure un sentiment de bien-être.


    PHYSIQUE
   
De longs cheveux blancs, des lèvres douces, des yeux d’un bleu océan et un regard triste… Tout cela n’est qu’apparence. Une apparence qui ne sert qu’à ce que les gens vous regardent et vous jugent.  Selon plusieurs personnes, lorsqu’on me regarde dans les yeux, celle-ci peut apercevoir le reflet de son âme. Était-ce vrai ? Absolument aucune idée, mais cela me plait. Peut-être qu’un jour ce sera utile à quelqu’un. Pour une personne ne me connaissant pas, on pourrait croire à mon allure mince que je suis faible et fragile. C’est plus amusant que vexant. Lorsque quelqu’un vous croit faible et fragile, il vous porte beaucoup moins d’attention.  Ma taille ne faisant qu’un mètre soixante-cinq, cela m’aidait à me fondre parmi la foule lorsque j’en ressentais le besoin.  Mon habillement variait souvent selon l’endroit où je devais me rendre. Cela pouvait passer d’habit un peu féerique avec des fleurs ou de vieux vêtements trouvé dans les décombres de la ville. Un peu comme si quelqu’un était partie précipitamment de chez lui sans prendre la peine de tout emporter. Dans ces coffres, j’y avais trouvé quantité de robe simple comme certaine très riche. Lorsque je décidais de sortir me promener dans la citée souvent je devais me vêtir d’une cape afin de cacher mon visage ainsi que le tatouage qui se trouvait sur mon omoplate droite. Un cœur avec des fleurs tout autour ainsi que deux papillons à l’intérieur. Assez unique pour qu’une seule personne ne porte cela.


   
L'HISTOIRE.


   


    Il est dit que généralement l’histoire d’une personne prend toute une vie pour s’écrire, pour se vivre, pour ressentir les émotions qui en découle. Comme tout enfant, j’étais de nature souriante, enjouer et plutôt calme. J’appréciais les moments que la vie m’offrait, surtout ceux passé en famille. Pourtant, un homme égoïste, malsain, assoiffé de pouvoir et tellement d’autre qualificatif à un jour décider de détruire ma vie qui semblait si parfaite. Quatre ans… Un âge si jeune pour avoir sa vie détruite, brisé, perdue… Tant de mots différents qui peuvent être utilisé… Tout cela car cet homme désirait garder tout le pouvoir pour lui seul en tuant toute ma famille.  

Ma seule chance, si l’on peut dire cela, est d’avoir été loin du château au moment où tout cela était arrivé. Je me trouvais alors dans la citée au marché avec une dame de la cuisine lorsque ma dame de chambre était arrivé en courant essoufflé. Celle-ci s’était pencher sur moi afin de me caresser la joue avec un regard triste. Je ne comprenais rien de ce qui se passait, mais je compris que c’était grave. Elle m’attira dans ses bras et je passai les miens autour de son cou, remettant ainsi les explications à plus tard. Nous nous dirigeâmes ainsi vers un bateau qui attendait au quai avec plusieurs domestique que je connaissais ainsi que plusieurs coffre dont j’ignorais le contenue. Je ne vis mes parents nulle part, mais l’agitation du départ maintenait tout le monde occupé, m’empêchant de poser des questions.

Après plusieurs heures, lorsque nous fûmes loin, Lindsey vint alors tout m’expliquer. Lorsqu’elle eut finit, j’avais l’impression que ma tête allait exploser de douleur. Je tombai dans les pommes pendant plusieurs jours. Lorsque je me réveillai, quelque chose avait changé en moi, mais je ne savais pas exactement quoi. Ce n’est que quelques jours plus tard lorsqu’on tenta de me faire peur avec des histoires que l’incident se produisit. J’avais touché la personne et une douleur lui avait traversé le crâne, faible, mais tout de même. Je ne su jamais vraiment comment j’y étais arrivé et cela ne se reproduisit pas avant un long moment.  Toute ma vie allait désormais changer à cause d’un être sans cœur. Lorsque la nouvelle s’était répandu dans le château, certains domestique avait rempli les coffres et décider de m’entraîner loin afin de me garder en vie. Malheureusement, par manque de temps, personne ne savait vraiment où nous allions. Le bateau navigua sur les flots pendant des jours entiers, trop pour que je puisse les compter. Puis, un jour alors que je prenais l’air sur le pont en étant perdue dans mes pensées, je vis apparaître comme par magie une terre lointaine. Je me mis à crier et cela pris plusieurs minutes avant que quelqu’un ne me porte attention. Personne ne savait ce que l’on trouverait sur cette terre, ni même qui nous trouvions…

Nous mirent plusieurs heures avant de trouver le moyen d’entrée sur cette île qui semblait si calme. Je débarquai la première du bateau, heureuse de retrouver enfin la terre ferme. Des habitations à moitié détruite, un calme plat, presque pas un son et personne à l’horizon était tout ce que je voyais. Je tournoyais sur moi-même, comme à la recherche de quelque chose…Ou quelqu’un. J’entendais les gens parler autour de moi, dire qu’il devait y avoir eu une guerre qui s’était déroulé ici. J’échappai à la compagnie des domestiques pour me balader dans la cité à la recherche de trésor. Qui sait ce qui pouvait se trouver dans cette citée abandonner ?

Je tournai dans la citée pendant plusieurs minute avant d’entendre un bruit pas très loin de moi. Je me dirigeai doucement vers la provenance de ce bruit, croyant que c’était un des domestiques qui m’avait retrouvé. Pourtant, pour ma plus grande surprise, je me retrouvai face à un garçon un peu plus grand que moi au teint un peu plus foncé. Je restai muette de surprise pendant quelques minutes avant d’avancer ma main vers la sienne et de la prendre. Je l’observai pendant un moment avant de me décider à lui parler…

« Bonjour… Que fais-tu ici tout seul ? »

Je me perdais dans ses yeux qui semblaient si attrayant et en même temps remplis de souffrance…Un peu comme les miens. Il me regarda, mais ne prononça pas un mot.

« Je me prénomme Lissa Capulet et toi ? N’est pas peur, je ne te ferai pas de mal »

Ayant toujours ma main dans la sienne, je l’entrainai doucement vers ce que je croyais être une petite montagne. Puis, je m’y allongeai et regardai le ciel où le soleil commençait doucement à disparaître à l’horizon.

« C’est pas grave si tu parles pas. »

Je haussai les épaules et me contentai de regarder le ciel tourner doucement au rose orangé. Cela ne prit pas longtemps avant que j’entende des voix m’appeler, après tout je leur avais faussé compagnie depuis un moment déjà. Je me levai en soupirant afin d’épousseter mes vêtements et de me préparer au sermon qui m’attendais.  Je repris la main du jeune homme afin de nous diriger vers la voix en marchant calmement.

« Princesse enfin vous voilà ! Je vous ai cherché partout. »

Je m’avançai vers Lindsey et haussai les épaules.

« Je suis trop jeune pour être une princesse. Puis cette citée est déserte, sauf pour ce garçon, mais il ne parle pas. Allons-nous vivre ici ? »

Ma dame de chambre me regarda puis regarda le jeune garçon sans comprendre. La pauvre devait être aussi surprise que je l’aie été au début.

« Sunny… »

Une toute petite voix à peine audible, un peu rouiller comme s’il avait été tenue au silence pendant un long moment. Je me tournai vers le garçon un peu étonné. Il me regarda avec un petit sourire que je lui rendis doucement.

« Lindsey, pourrions-nous avoir un endroit où nous reposer ? Je suis fatiguer et j’ai faim. »

Celle-ci hocha la tête, me prit la main et nous nous mirent à marcher. Plusieurs minutes plus tard je vis toute l’équipage du bateau et une structure qui ressemblait à un château.  En entrant dans le château je tachai de me représenter son aspect sans toute la poussière et les bouts de mur démoli. Lindsey me conduisit dans des appartements encore jolie.

« Ici seront vos appartements pour le moment princesse. Souhaiter vous qu’on trouve une chambre pour le jeune garçon aussi ? »

Je regardai le jeune garçon qui semblait tout timide et se cachait presque derrière moi.

« Non, je voudrais juste quelque chose à manger s’il vous plait Lindsey. »

Sur ces mots je pris place sur le grand lit entrainant Sunny. Je le regardai en penchant la tête et en lui souriant.

« Sunny ? C’est joli. Pourquoi es-tu dans cette citée tout seul ? Tu n’as pas à avoir peur ici, tu es en sécurité. »

Il hocha la tête puis me fit un petit sourire, mais sans prononcer un autre mot. Je respectai son silence en essayant de lui faire comprendre que ce n’était pas important.

Les années passèrent rapidement, reconstruisant la citée afin de lui redonner du lustre et surtout de la rendre habitable de nouveau. Je passais la majorité du temps dehors à me balader avec Sunny. Avec le temps, il finit par s’ouvrir d’avantager et à me raconter les horreurs qui étaient arrivé à peine quelques mois avant mon arrivé. Desdrya était le nom originel de la citée, mais ce nom semblait évoqué tellement de souffrance qu’un jour je décidai de renommer l’endroit Ovanya. Je devais avoir environ douze ans lorsque je choisis ce nom, ma première décision en tant que princesse.
Un peu après mes quatorze ans, Sunny vint me voir avec une mine étrange. Puisque nous étions devenues les meilleurs amis, je devinai tout de suite que quelque chose clochait. Prenant ma main doucement, la caressant avec son pouce doucement il me regarda ;

« Lissa…Je dois partir. »

Une simple phrase qui ne m’avait jamais traversé l’esprit auparavant. Le regardant et retirant ma main de la sienne, je partie me réfugier près de la fenêtre afin d’observer les jardins.

« Pourquoi ? »

Un simple mot, mais qui trahissait la tristesse que je ressentais. Il s’approcha de moi et me força à le regarder en essuyant une larme qui coulait doucement sur ma joue

« Ce n’est que temporaire. »

Il soupira avant de reprendre

« Je dois devenir plus fort. Plus fort afin de pouvoir te protéger comme tu m’as protégé lorsque j’étais enfant. Tu as toujours pris soin de moi alors que je n’étais qu’un enfant égaré, sans plus personne. C’est à mon tour de te dédier ma vie. Je veux pouvoir protéger ma meilleure amie, ma princesse, simplement toi. J’y pense depuis un moment, mais je ne pouvais me résoudre à te le dire. »

Hochant la tête je parti en direction de ma coiffeuse pour plonger ma main dans mon coffre à bijou et en ressortir un collier en or que je déposai dans la paume de sa main.

« Prend ceci. Il appartenait à mon père qui me racontait toujours que ce bijou avait un pouvoir magique spécial. Je ne sais pas si cela est vrai, mais je voudrais que tu le conserve afin de te rappeler de moi lorsque tu seras loin. »

Je laissai les non-dits là où ils étaient et j’étreignis mon meilleur ami aussi fort que je le pouvais. Le reverrais-je un jour ? Je l’espérais. En attendant je lui fis des au revoir déchirant, lui faisant promettre d’être prudent.

Pendant le temps qui s’écoula, les premiers jours furent les plus durs. Il était difficile de ne plus le voir surgir de nulle part dans l’espoir de me faire peur ou même pour me faire rire. Je me mis à la peinture afin de me détendre. Bien sûr je continuai de faire enrager Lindsey en lui faussant souvent compagnie pour aller me balader sur le bord de la berge qui se trouvait autour du château. Il n’y avait rien qui me détendait d’avantage que de me balader les pieds dans l’eau.

Pendant son absence j’avais continué d’aménager la ville, aidant même régulièrement certains villageois qui avait dérivé jusqu’ici. Au grand malheur de Lindsey, j’aimais me salir les mains lorsque je pouvais rendre service. Je savais bien que ce n’étais pas digne d’une « princesse » selon elle, mais cela occupait mon esprit. Dix longues années se sont écoulées avant qu’il ne revienne finalement à Ovanya.

Puis, un soir alors que la nuit venait seulement de tomber, un garde vint me trouver pour m’annoncer qu’un homme désirait audience avec la princesse. Je m’étais fixé comme objectif de toujours être disponible pour mon peuple et c’est pour cela que je m’y rendu. J’étais vêtue d’une longue robe rouge un peu ancienne, lacé sur le devant au niveau du buste ainsi qu’un col qui se fermait juste un peu au-dessus de ma poitrine. Je vis un homme avec une cape lui recouvrant la tête, m’empêchant de voir son visage. Souriant je m’approchai doucement ;

« Soyez le bienvenue, je suis la princesse Capulet. On m’a dit que vous souhaitiez demander audience. Comment puis-je vous aidez monsieur? »

Ce n’est que lorsqu’il fit glissé cette dite cape que je découvris son visage. Il avait beau avoir vieilli, j’aurais reconnu ce visage n’importe où. Après tout, j’avais grandi en le voyant chaque jour… Jusqu’à ce qu’il parte pour « devenir meilleur ». J’hoquetai de surprise sur le coup avant de lui mettre une baffe en pleine gueule et ensuite mettre ma main devant ma bouche tentant de réprimer mes sanglots.
Je mis quelques minutes avant de m’avancer à nouveau et de caresser doucement sa joue rougis.

« C’est vraiment toi Sunny ? »

Sans prendre la peine de répondre, se contentant d’hocher la tête, l’homme l’étreignit longuement.

« Je suis désolé Lissa… Tu m’as tellement manqué. »

Des larmes de joie coulaient sur ses joues ainsi que sur ceux de Sunny. Il semblait différent, plus mûre et plus vieux. Soudainement, lui prenant la main, son amis d’enfance s’agenouilla en posant un genou par terre et la regarda dans les yeux ;

« Il y a de cela vingt longue années, tu m’as sauvé… De la mort, de la folie, mais surtout de moi-même. Je ne sais pas si j’aurais survécu encore longtemps si tu n’étais pas arrivé. Tu as pris soin de moi alors que tu ne me connaissais même pas. Aujourd’hui, après avoir parcouru le monde pour devenir plus fort, je voudrais te consacrer cette vie. Je voudrais avoir l’honneur de passer le reste de ma vie à te protéger, d’être ton garde personnel. »

Je rigolai doucement avant d’hocher la tête et de le faire se relever.

« A la seule condition que tu me racontes tout et que tu me promettes de ne plus jamais partir aussi longtemps. Sinon la prochaine fois, tu n’auras pas une simple baffe. »

Ce fut au tour de Sunny de rire doucement et d’accepter. La princesse entraîna donc son nouveau garde dans ses quartiers afin de lui trouver une chambre.

Je me souviens de tout comme si c’était arrivé hier, mais pourtant cela fait déjà un an. Une longue année à retrouver notre complicité d’enfant ainsi qu’à parler de tout ce qui était arrivé pendant son absence. Tout le monde voyait les non-dits entre nous, mais aucun des deux n’osions les abordées pour le moment.


   
POUVOIR


   



   • NOM: Douleur Mental
   • DESCRIPTION : La jeune femme arrive à infliger une douleur mental à une personne. Il doit obligatoirement avoir contact au minimum visuel pour que cela fonctionne ainsi qu'une distance maximal selon les paliers.
   • PALLIÉ 1 Lissa arrive, majoritairement sans le vouloir, à infliger une douleur mental à quelqu'un lorsque ses émotions sont très forte. Par exemple la peur. Il doit obligatoire avoir contact physique pour que cela fonctionne. La douleur ne dure qu'environ 20 secondes. Lorsque utilisé, une grande fatigue envahi la jeune femme qui ne doit pas tarder à se reposer.
   • PALLIÉS 2:: La douleur s'intensifie un peu et la jeune femme arrive à le contrôler légèrement. Le contact physique doit tout de même être maintenue.  Le temps reste le même tandis que la fatigue diminue légèrement, permettant a la jeune femme de repousser le repos pendant une à deux heures.
   • PALLIÉS 3 : La douleur devient peu supportable. La jeune femme peut maintenant le faire à distance, à condition d'avoir un contact visuel d'un maximum de dix mètres. Elle arrive à recommencer, mais si utilisé trop fortement la jeune femme devra se reposer très rapidement.
   • PALLIÉS 4 : L'ennemis s'agenouille et se tient la tête tellement la douleur est forte. La distance s'étend jusqu’à vingt mètres, mais le contact visuel est toujours nécessaire. La fatigue à presque disparue complètement et la jeune femme peut recommencer plusieurs fois. Cependant, si jamais exagération il y a, celle-ci peut tomber dans les pommes pendant plusieurs heures, voir même plusieurs jours.
 


   
DERRIÈRE L'ECRAN.

 
TON PSEUDO ?
  QUEL ÂGE ? 26 ans
  COMMENT TU ES VENU ICI ? Comme d'hab forcé par Alice ♥
  TES IMPRESSIONS ? Benn forcément géniale puisque je suis fondatrice et qu'on a bossé comme des dingues ! o/
  TU CONNAIS LE CODE ? Validée par Lissa

 

   
   
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

 
avatar
Lissa Capulet
Princesse d'Ovanya

Messages : 12
EXP : 80
Age : 26

Feuille de personnage
Citée: Ovanya
Race: Humain
Pouvoir:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum