Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer ! (En cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer ! (En cours)

Message par Mérédith Swann le Jeu 8 Juin - 20:37



   
LE PERSONNAGE.

   

    • PRÉNOM :  Mérédith mais mon nom d'homme c'est : Adam
    • SEXE : Femme qui se déguise en homme
    • ÂGE : 21 ans
    • RACE : Humaine
    • MÉTIER: Pirate
    • GUILDE : L'équipage du Zéphir
    • CITÉE : Mavael
    • ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
    • AVATAR : Devienart



   
LES DESCRIPTIONS.


    CARACTÈRE
   
Sadique ? Non, cela ne me correspond pas. Ah? De regarder les gens dans les yeux quand il pousse leurs cris de douleur, c’est être sadique ? Je trouve pas moi. Je m’assure simplement que c’est des véritables sentiments que je vois. Car aujourd’hui, comment on peu savoir si la personne devant nous ne porte pas un masque ? Comme moi qui se fait passer pour un homme. Est-ce que cela a des effets néfastes sur mon comportement ?

ET bien je dirais peut-être une légère double personnalité. Quand je suis Adam, je suis plus calme, plus silencieux. Je garde la tête froide, mais cela ne m’empêche pas d’être, comme déjà? Sadique, arrogant quand le temps me le permet. Je sais reconnaitre les gens devant moi, je suis donc une sorte de caméléon. Devant toi je semble être le parfait ami, je semble être celui qui suit en silence, qui sourit a tes bonnes vannes. Mais attention, le coup est rapidement porter aux porcs qui hurlent de douleur avant l’Agonie. Lorsque je suis en femme, mes sourires est mes regards en disent long. Lorsque mes yeux se poseront sur toi, tu seras enivré, tu veux une belle fille qui sourit en silence, mais fait attention petit con. Je suis rusé et j’ai été éduqué pour te mettre de la poudre dans les yeux.

Je suis douée avec le violon, la musique attire souvent les mouches autour de moi. Ne me regard pas trop longtemps dans les yeux. Car tu deviendras rapidement une cible. J’ai une haine envers les vampires, mais je perds rarement le contrôle de sur ma colère. Est-ce que je pleure ? cela m’arrive parfois, comme tout le monde non ? Ne me fait jamais confiance, car la confiance n’existe pas dans ce monde. Je n’aide personne si cela ne me rapporte pas. Mes intérêts avant les tiens.

J’ai connu autrefois, ce doux sentiment qui réchauffe nos cœurs, qui nous enivre aux points de penser a lui avant soit. Mais j’ai rapidement compris que je n’avais pas le droit d’aimer ou d’être aimer. Même si je cherche a sentir de nouveau se frison dans le cœur. Jamais je ne pourrais m’y faire. Je suis un pirate ! L’alcool et l’or est ma vie.
.


    PHYSIQUE
   
Au premier regard, je semble être un homme comme les autres. Petit, fragile. Le genre d’homme qui n’a jamais travaillé physiquement de sa vie. Oh j’ai dit homme ? Vous m’avez bien comprit. Je suis un homme, en première vue seulement. Lorsque je suis un homme, j’ai les cheveux court, brun claire. Une perruque bien sûr, je n’aurais jamais coupé mes longs cheveux noirs aux reflets mer pour tout l’or du monde. Je porte souvent un foulard pour cacher le bas de mon visage. Sinon je passe seulement pour un homme au trait féminin. Mes seins ? Et bien ils sont plutôt généreux et je galère avec les bandages pour les cachés sous les vêtements toujours trop grands pour ma personne.   Lorsque je suis déguisé, j’ai une posture maladroite, une démarche plutôt calme et je ne ris jamais. J’arrive à changer ma voix pour me faire passer pour un  homme, mais lorsque je ris, je trahis rapidement ma vraie nature.  
Je suis une fille gracieuse, lorsque je ne suis pas un homme, je suis, agile et élégante. On pourrait presque penser que je suis une dame de la cour avec mes belles paroles, mes beaux gestes remplis de grâce. Il m’arrive parfois de faire tourner les têtes des hommes et des femmes selon mes habillements. Est-ce le résultat de mes sourires provocateur ? Je suis belle et mon corps est une arme.

Ce qui peut trahir le fait que je suis une pirate, est le tatouage sur ma nuque qui a été fait lors de mon arriver sur le bateau.  Si tu regardes mon tatouage, tu y verras un sabre de pirate avec un serpent qui l’entoure aux yeux rouges.  Mon corps est remplis de petite cicatrice plus au moins visible. La plus apparente est deux trou sur le coter gauche de mon coup. La cicatrice est de moins en moins apparente avec le temps. Mais la douleur est ancrée dans ma chair.  

Vêtement ? Oh mais, c’est quoi cette question… Pour ce qui est de quand je suis en femme, est bien je porte des bustiers et des chemises pour mettre ma poitrine en évidence. Des pantalons moulant et des hautes bottes de cuir. Ou je cache une dague ou deux…. Et parfois une bouteille de Rhum. Cela fait un peu cliché pirate, mais le rhum c’est la vie. Pour le reste c’est à toi de le découvrir.
.


   
L'HISTOIRE.


   
Je ne me souviens pas. Je ne veux pas me souvenir de cette époque. Est-ce que cela est obligatoire. De devoir parler de nos cauchemars ? Des images qui nous hantent lorsqu’on ferme les yeux ? Mon jardin il est bien là où il est dans mon esprit et non dans la tienne.
Mais si tu insistes, ferme les yeux un moment et imagine simplement mes paroles. Devant toi ce trouve une terre froide, la végétation semble agonisante et sur une colline, caché par le brouillard qui sort des marécages s’élève dans la pénombre une maison. Vieille aux petites fenêtres, à la porte grincent, ou on n’a l’impression de voir des ombres bouger derrières les carreaux brisé. L’air est lourd autour de toi, il y a un gout de soufre dans ta bouche et tu sens la chaleur étouffante. Le vent lève le sable du sol et la mélodie de ce lieux est brusquement interrompue pas le craquellement de chaine.  Tu n’as pas envie d’y aller, mains une main dans ton dos te pousse dans la direction de l’enfer. Devant la porte sortant alors du brouillard une dame aux yeux de sang, a la peau couleur craie et à la main fourchue te regarde un large sourire aux lèvres. Et oui, tu as bien aperçu, telle des perles blanches deux canines pointues se dévoilent a toi. Garde les yeux fermés, le récit ne fait que commencer. Si tu as peur tu peux toujours prendre ma main, mais n’ouvre jamais les yeux.
On te pousse donc dans l’antre du démon. Le hall est grand et en piteuse état. Deux grands escaliers se trouvent de chaque coter de la pièce qui est faiblement éclairé. Tu peux distinguer une trentaine de visage qui t’observe en silence. Aucun sourire, aucun rire.  La dame remercie alors le garde qui n’a même pas dénié mettre les pieds dans le bâtiment. La porte se referme et tu peux sentir la froideur de la peau de la femme qui se place devant toi une main sur ton épaule. Comprends-tu dans quelle merde tu es présentement ? je ne pense pas, mais continuons la suite sera je suis sûr, beaucoup plus croustillante que tu ne le pense.
La femme donc, te regarde avec un sourire des plus dégoutants. Avant de te dire d’une voix étrangement charmante ‘’ Ma pauvre enfant,  quel malheur de perdre sa famille, lorsqu’on na souffler que 10 bougies. Ne t’en fait pas, ici tu as une nouvelle famille ‘’ Tu pleures, les larmes coules sur tes joues, ce n’est pas la tristesse qui les alimentes, mais tes yeux piques acause de la forte odeur de moisissure que flotte dans l’air. Un jeune homme, qui semble au premier regard beaucoup plus agé que toi s’approche a la demande de la femme. ‘’ Je te présente Adam ‘’ .
Il te prend la main. Sa peau est chaude et semble calmer ta douleur. Ses yeux son bleu et il te fixe un moment. Tu n’arrives pas a comprendre le sentiment, mais tu te perd dans ses yeux réconfortant. Puis il te guide dans l’enfer jusqu’au dortoir. Mais il ne sourit pas, comme tous les autres enfants, ils t’observent simplement.
On te dit de dormir un peu, on te montre ton lit et tes yeux doucement se fermes.  Tu penses que c’est terminé ? Que j’ai été élevé dans le bonheur et la joie. Non, prend un grand respire.  Car a peine arrivé, la première nuit,  un cris de douleur te fis rapidement sortir des rêves. Étrangement les autres enfants n’avaient que caché leurs tête sous l’oreiller. Personne ne semblait vouloir bouger. Curieuse, tu te lèves en panique, le cri est étrangement mélanger a de la douleur et a de la satisfaction. Tes pieds sur le planché froid t’apporte dans la sale en face, du côté des garçons. La femme, était penché sur l’un de ces ‘’fils’’ d’adoption et lui avait enfoncé les crocs dans le cou.  Elle tourna brusquement la tête dans ta direction. Son visage était remplis de sang et elle se mit à sourire. Tu as peur, tu as mal au cœur, tu retournes rapidement mettre ta tête sous ton oreiller. Comme les autres enfants.
Tu vas devoir vivre ces cris, nuit après nuit. Jusqu’à ton tour. Les yeux fermés, aucun cri n’est venu encore te tirer de tes songes. Mais une main froide vient rapidement caresser ta joue.  Au moment où tu ouvres tes yeux, dans ta chair entre les dents pointues de la femme, tu sens alors une terrible brulure au niveau de ta nuque, tu hurles, les larmes coulent de tes yeux. Mais personne ne vient à ton aide. Tu sens le feu entrée dans tout ton petit corps, qui tremble de peur et de douleur. Malgré tes protestations, elle n’arrête pas, le sang qui est le tient coule sur ton chandail.
Voilà ouvre les yeux un moment, ne fait pas attention a mon sourire amusé, j’aime toujours voir que les gens prennent les histoires des autres a la légère. Pour toi, tu dis que ces rien, que la douleur est tolérable. Mais j’avais 10 ans et j’ai quitté l’orphelinat que 6ans après.  Donc 6 ans a servir de poche de sang a une folle cela marque un corps et un mentale. Mais j’ai réussi a m’enfuir grâce a mon premier amour.






Comme la plupart des gens de ce monde, la mort vient prendre mes parents. Me laissant alors grandir dans un orphelinat.  Ou je devais affronter le vide, affronté les jours sombres. Un enfer sans fin de devoir vivre sans penser à demain.  Mais c’est la qu’il est arrivé. Je n’avais que 14 ans, mais il devient rapidement mon monde. Il était légèrement plus agés, un grand sourire aux lèvres, des rêves pleins la tête.  Il me disait souvent qu’on partirait ensemble de cette prison. De ce lieu sordide ou on était battu, négligé et surtout ou on vivait dans une peur constante.
La gouvernante, était un vrai monstre. Une dame qui n’aimait pas la lumière du jour.é


Je croyais vraiment, que nous brûlions ensemble dans le feu de cette histoire.  Toujours en rêvant on avançait en espèrent voir au-delà du brouillard. Mais finalement, ce fut un enfer sans fin. Vivre sans pensés a demain.
)


   
POUVOIR


   



  • NOM: ICI
   • DESCRIPTION :ICI
   • PALLIÉ 1 ICI
   • PALLIÉS 2::ICI
   • PALLIÉS 3 :ICI
   • PALLIÉS 4 :ICI
 


   
DERRIÈRE L'ECRAN.

 
TON PSEUDO ?
  QUEL ÂGE ? 23 ans
  COMMENT TU ES VENU ICI ? Top Forum est mon ami.
  TES IMPRESSIONS ? Très beau forum, félicitation
  TU CONNAIS LE CODE  ? Validé par Alice

 

   
   
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

 
avatar
Mérédith Swann

Messages : 1
EXP : 0

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bleu du ciel n'est pas le bleu de la mer ! (En cours)

Message par Alice Montaigu le Sam 10 Juin - 14:36

Bonjour, bienvenue sur le forum ! Bonne chance pour la création de ta fiche si tu as besoin de conseil ou que tu as des questions, tu peux toujours me rejoindre en MP. Encore une fois, bienvenue dans notre famille.
avatar
Alice Montaigu
Princesse de Rhys

Messages : 20
EXP : 81

Feuille de personnage
Citée: Rhys
Race: Humain
Pouvoir:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum